1911. Les Hautes-Fagnes en feu


L’été de 1911 est caniculaire. Alors que les premiers défenseurs du haut plateau s’organisent, le feu débute en Fagne au milieu du mois d’août et refuse de se laisser maîtriser. Il ne cessera qu’en septembre, après plusieurs regains. Des centaines d’hectares seront consumés. Le contingent de soldats allemands et belges envoyés lutter contre les flammes s’élèvera à plus de 2.000 hommes.

Mais le feu se montre un adversaire redoutable. Les efforts consentis ne suffisent pas à le contenir. Il se joue des milliers de bras armés de pelles et de balais, il s’allie au vent pour enjamber les tranchées coupe-feu creusées en hâte. Il ne connaît pas les frontières politiques. Les troupes prussiennes et belges se côtoient. Elles ont leur bivouac au Mont-Rigi, à la Baraque-Michel, à la Maison du Sabotier.

Le spectacle des flammes devient rapidement une attraction touristique. Touristes et curieux de toutes espèces tentent d’atteindre au plus près les lieux du sinistre pour mieux contempler le spectacle et les centaines de combattants du feu en action. Pendant les moments les plus critiques, la presse publie des comptes rendus quotidiens. Le brasier est comparé à l’éruption du Vésuve, C’est un parfum d’apocalypse, l’Enfer de Dante aux portes de Liège.

Cover 1911

K.D. Klauser, S. Nekrassoff, M. Paquet et B. Rauw, 1911. Les Hautes-Fagnes en feu. Chronique de l'incendie à travers la presse régionale, Waimes, Haute Ardenne asbl, 2011, 132 p.
Prix : 12 €

COMMANDER - (serge.nekrassoff@skynet.be)

Partagez cette page